dv
image
D.Villars
Lycée Dominique Villars - 05000 GAP

Nos peines

Nécrologie 12/07/2021

camille C'est le président qui m'a appris le trépas de Camille Roussin-Bouchard. Stupéfait. Je le savais d'une santé précaire, surtout depuis quelques jours. Nous avons fait carrière semblable d'enseignants et nos postes respectifs nous avaient quelque peu éloignés. La présence d'amis communs nous avait rapprochés ces temps derniers lors des rencontres amicales au Bois-Vert... Alors, le verre à la main, nous nous revoyions sur les bancs de Dominique Villars, les heures d'étude, mai 68, scènes de théâtre où Camille excellait. C'est surtout notre vie passée à l'École normale d'Avignon qui nous a rapprochés. Nous étions quatre garçons normaliens, Gérard, Roger, Camille et moi, qui se sont retrouvés "exilés" , alors que les classes normales gapençaises d'après bac étaient fermées. Là, nous avons fourbi nos armes de pédagogues, certes, mais aussi de jeunes adultes indépendants. D'abord dans les murs de l'internat de l'École normale, puis dans ceux de notre chambre, puis de l'appartement que nous louions dans la cité papale d'alors. C'est toujours avec une pointe de nostalgie que ces souvenirs me reviennent en mémoire... et Camille y a une place particulière. J'appréciais Camille pour son sérieux plaisant, son humeur égale, et si d'aventure nous étions dans un groupe, sans savoir pourquoi, nous nous retrouvions côte à côte, seuls dans la foule... parce que c'était lui, parce c'était moi...
Christian

Nécrologie 12/11/2020

jpmarino Un ancien de Dominique Villars nous a quittés.
Arrivé en 1963 au bahut comme normalien, Jean-Pierre Marino commence sa carrière d'instituteur à Montgardin. Puis il est détaché à la FOL en charge de l'UFOLEP. Militant de la FJEP, passionné de culture andine, il entre au sein du Groupe de musique Andine (Kausasun). De 1998 à 2002, il préside l'OMC avec toute son énergie. Il prend enfin sa retraite et se retire à Château-Arnoux.
Il nous quitte donc, âgé seulement de 74 ans.
Alain

Nécrologie 06/10/2020

daniel Notre camarade Daniel BASSET nous a quittés hier à 75 ans. Il était membre de notre association et avait été pensionnaire au lycée d'octobre 1956 à juin 1963.
Normalien il a été professeur des Écoles en Isère comme son épouse Marie-Claude. Quand Daniel est arrivé au lycée en 6ème son père était instituteur à Moydans (près de Rosans) puis la famille avait déménagé définitivement à Serres où M. BASSET avait terminé sa carrière et où il avait pris sa retraite.
C'est à Serres aussi que Daniel et Marie-Claude se sont installés après une belle carrière consacrée à l'enseignement.
Daniel était un homme simple, toujours de bonne humeur, fidèle et dévoué. Il manquera aux siens et à ses nombreux amis.
Lucien LATIL

ADIEU DANIEL...
Chers Daniel, Marie-Claude, Florent, Aurélien et vos familles, le premier cercle... et vous tous ici réunis pour Daniel, notre Yéye qui s'est battu avec courage et dignité...
daniel Tout a été dit je pense de ta personnalité Daniel, l'histoire de ta vie, tes habitudes, tes originalités qui ont fait de toi cette personne unique, fidèle que nous regrettons du fond de l'âme.
Aujourd'hui que tu t'en vas, je ne sais comment ni pourquoi, ton ombre se superpose à celle de Georges Brassens.
Je vous trouve des ressemblances -non point physiques- mais esthétiques. Tu avais comme lui le goût de la langue bien écrite. Tu appréciais la satire, l'ironie, le pince sans rire. Tu regardais en rigolant les mauvais penchants des passants. Tu étais un peu anarchiste tout en respectant la loi. Tu traquais comme lui l'injustice, tu aimais les petites gens. Épicurien dans le partage et l'amitié, tu faisais fi du qu'en dira-t-on.
Maintenant, après avoir minutieusement épluché la mare aux canards de ton hebdomadaire préféré, te voilà peut-être à barboter avec la cane de Jeanne ou décrotter les sabots d'Hélène dans les mares mystérieuses de l'au-delà.
La camarde qui nous poursuit tous d'un zèle imbécile a fini par te rattraper. Brassens a jeté l'ancre à Sète. Toi tu demeures pour toujours dans ce joli port de Serres. Comme lui, alors que ton âme et ton corps ont consommé leur désaccord, passe ta mort en vacances.
Pour finir je voudrais te dire... Elle est à toi cette chanson, le Yéye qui à ta façon nous faisait aimer la vie. Nous demandant notre humble avis pour organiser les repas, et nous amusait sans faux-pas de ces blagues égrillardes qui font la nique à la camarde. Tu adorais les pique-niques qui toujours se terminaient, après les saveurs arrosées par une partie acharnée.
Maintenant tu joues peut-être avec Jeannot, Philippe, Bébert, Bonnot, Jean de la Ravoire et tant d'autres sur des boulodromes de nuages. En y prêtant bien attention nous entendrons dans les orages le bruit sourd de vos carreaux.
Il est pour toi ce mot d'adieu, toi le Yéye qui sans façon nous laisse sur le bord du chemin. Bientôt, en souvenir de toi, nous fêterons des lendemains, partagerons des retrouvailles, ferons grandir dans nos rencontres la fleur précieuse d'amitié, la devise des copains de toujours.
Adieu Daniel
Camille RB ce samedi 15 octobre 2020

Nécrologie juin 2018

En ces vacances de la Toussaint, une pensée pour notre condisciple Joannes Barthélémy s'impose. Il le mérite, car, bien que fatigué par la maladie, il était passionné, motivé lors des assemblées générales pour la mise en place de l'association et apportait avec enthousiasme sa pierre à l'édifice.
Comme Claude Villars, Yves Jaussaud et d'autres, après le bac, tel la moule à son rocher, il était resté "collé" au bahut puisqu'il avait exercé pendant quelques années comme maître d'internat. Puis il avait embrassé le métier d'enseignant et les nominations administratives l'avaient conduit vers le centre de la France. Il y avait terminé sa carrière comme principal de collège. Mais c'est à Gap qu'il était revenu passer sa retraite, trop brève, hélas !
Alain Prorel
1018 visites.