Dominique Villars
expédition Sommaire des anecdotes Souvenirs

La coopérative du bahut

Bonjour à tous, chers bahutiens,
Les mails et les coups de téléphone me réconfortent dans l'idée que notre association a son rôle à jouer, ne serait-ce que pour raviver les moments inoubliables que nous avons passés au bahut et que les anecdotes dont vous êtes friands rappellent à notre souvenir.
Est-ce que vous vous souvenez de la coopérative ?
Avant de vous en parler, je voudrais rendre un réel hommage à celui qui en avait été le fondateur et l'animateur, "le Crocs". De son vrai nom : Roche, c'était un personnage assez original, hors du commun au point qu'on avait tendance à se foutre un peu de lui. À tort car pour des raisons qui nous échappent, il ne se contentait pas de faire son petit boulot de fonctionnaire, il était "appariteur".
Je sais pas trop quel était son statut administratif. Il faisait partie de ces gens à la fois pions (le Mams pour l'étude 1, lui pour l'étude 2 et la Daube pour l'étude 6) et profs (d'Anglais pour le Crocs). Mais ce ne sont pas ses qualités de pédago que je tiens à mettre en avant aujourd'hui. Non, ce sont celles du bénévole qu'il était pour rendre notre vie d'interne plus agréable. Il avait entre autres instauré et géré la coopérative.
Il avait su apporter dans ce bahut un peu d'humanité. Avec ses "collaborateurs", c'est-à-dire des élèves (Bayle de 4ème, par exemple ou encore, me semble-t-il, Blaireau, Prat).
On pouvait y acheter pendant les récrés après le repas et de 4 à 5, toutes sortes de choses, des friandises aux gommes et crayons. Je me souviens, mais aussi des bonbons au détail, genre caramels à un franc et peut-être même des "mistrals gagnants" si chers à Renaud, des oranges, des Nutz... C'était un élève qui se tenait à un petit stand sur la porte de l’amphithéâtre, à côté de l'étude 8.
Dans cet amphithéâtre, le Crocs organisait aussi des projection de films du ciné-club qu'il avait montés. Des élèves étaient projectionnistes. La séance était payante, on prenait notre ticket "à la coopé", de 4 à 5. Puis, on venait nous chercher pendant l'étude après le repas, à 20 h et on rentrait au dortoir après la projection, juste avant que le veilleur de nuit ne ferme les dortoirs. Je me souviens avoir vu "Manon des sources", mais première version, avec Marina Vlady dans le rôle de Manon, dont j'avais été subjugué au point d'en perdre le sommeil...
Je pense que c'était lui aussi (mais ça, j'en suis pas sûr), qui nous emmenait à la Maison du Poilu" à côté de l'hôpital pour assister à des conférences scientifiques mais aussi à des films du Ciné-club de la ville.
Je me souviens d'y avoir vu Blow up avec Jane Birkin. S'en était suivi une discussion sur cette fameuse partie de tennis... sans balle ni raquette !
Sacré Crocs! Il ne méritait pas qu'on se foute de lui, même si son physique n'était pas à son avantage : petit, les cheveux en brosse, son nez proéminent (tout aussi exceptionnel que celui de Cyrano de Bergerac) et sa ressemblance à Croquignol des Pieds Nickelés lui avait valu ce surnom. La légende disait aussi que, adepte de naturisme (pas celui du Cap D'Agde, l'autre, celui des intellectuels !), il avait été vu, à poil sur un rocher de l'Ile du Levant, en train de lire le Dauphiné Libéré !
Restez confinés, profitez-en pour replonger dans notre passé.
Alain Prorel
2183 visites.
D.Villars
image
image
Le blog des
bahutiens
dv